Séance du 5 janvier 2015 du séminaire Corps d’apocalypses

La séance du 5 janvier 2015 du séminaire Corps d’apocalypses. Dialectiques du religieux, du politique et du visuel sera centrée sur l’étude du corps de sainteté en islam. Nous accueillerons Michel Boivin (CEIAS, CNRS, EHESS) qui donnera une conférence intitulée  » Keeping in touch with the saint. Body uses and their social meanings in the Sufism of Pakistan » et Sepideh Parsapajouh (postdoctorante, CEIFR) qui interviendra sur  « Les corps exaltés autour de la châsse (zarih) de l’imam Husayn entre Qom et  Karbala : une réflexion sur la place de la matière dans les pratiques d’intercession dans le chiisme immite populaire ». La séance aura lieu à l’EHESS, 105 Bd. Raspail (Paris), de 9 h. à 13 h., dans l’amphithéâtre François Furet. L’entrée est libre.

Emma Aubin-Boltanski (CEIFR, CNRS), Cécile Boëx (CEIFR, EHESS), Claudine Gauthier (université de Bordeaux/IIAC-LAHIC, EHESS), Anna Poujeau (CEIFR, CNRS)

Ce séminaire pluridisciplinaire s’inscrit dans la continuité de l’édition précédente, laquelle avait permis de développer une réflexion sur le rôle du corps comme support de dévoilement – ou d’apocalypse – d’une « vérité » faisant l’objet de controverses. A partir des grands bouleversements politiques en cours au Proche-Orient, nous avions exploré divers dispositifs visant à mettre en scène le corps des acteurs sociaux pour l’ériger en corps témoin, conçu comme un lieu ultime de résistance et de frontière. Nous poursuivons cette année notre questionnement sur ces modes de dévoilement par le corps, considérés comme des vecteurs de critiques politiques, sociales ou religieuses, en l’inscrivant dans une perspective comparative plus large.Dans ce cadre, il s’agira, d’une part d’examiner la pertinence de la notion de genre afin de voir comment elle façonne et « fait parler » ces corps en souffrance. D’autre part, nous interrogerons le rôle de l’image dans la mise en récit et la traduction politique des corps mis à l’épreuve. Comment interagissent les lexiques corporels avec ceux du langage visuel ? De quelles manières ces modes d’exposition des corps médiatisés par l’image contribuent-ils à articuler, selon leur contexte d’énonciation, les lieux de l’intime avec les lieux et les temps du religieux et du politique ? Quelles communautés sont interpellées et se redéfinissent au creux de ces manifestations radicales des corps ? Nous porterons une attention particulière aux usages des nouvelles technologies de captation et de diffusion audiovisuelles afin de voir de quelles manières elles renouvellent les répertoires sémantiques et performatifs des corps comme sites d’expérience et de discours critiques, tout comme leurs modalités de lisibilité.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *