Séminaire Religion et politique: Corps d’apocalypses

Le séminaire Religion et politique se poursuivra en 2013-2014 à l’EHESS. Il sera animé par Emma Aubin-Boltanski, Claudine Gauthier et Anna Poujeau. Il aura lieu les 2e et 4e lundis du mois à compter du 25 novembre 2013 (EHESS, 105 Bd. Raspail). Le thème “Corps d’apocalypses” a été retenu pour l’an prochain. Il s’agira d’étudier le corps comme support de dévoilement d’une vérité, en partant d’une réflexion sur les grands bouleversements politiques que connaît le Proche-Orient depuis deux ans. Il s’agira d’analyser la pluralité des modes utilisés pour mettre en scène et, ainsi, imposer des « vérités » cachées, exclues ou même prohibées par l’ordre politique et/ou religieux en place (photographies, vidéos, récits, rituels, etc.). Pensons, par exemple, au rôle déterminant joué par la diffusion de l’image du corps en flammes de Muhammad Bouazizi sur le déclenchement de la révolution tunisienne ; en Syrie, c’est l’arrestation et la torture de quinze enfants qui, pourrions-nous dire, mirent le feu aux poudres. Un autre mode d’expression de cette instrumentalisation d’une dialectique du corps souffrant nous est donné par des mystiques qui, au cours de scénographies ritualisées, expriment et transmettent des prophéties en prise avec l’actualité, etc.. Nous analyserons toute la diversité de ces dispositifs visant à mettre en scène le corps des acteurs sociaux – lieu de l’intime – pour l’ériger en corps-témoins – qu’il soit blessé, stigmatisé, supplicié, voire même mort -, en le présentant tant comme une icône paradigmatique que, parfois, tel un messager entre ce monde et l’au-delà. Conçu comme ultime lieu de résistance et de frontière, il est ainsi, à la fois, langage et scène de l’expérience socio-politique. Ces modes de dévoilements – ou apocalypses – seront considérées comme autant de formes de critiques religieuses, sociales et politiques, critiques qui, sous la forme du stigmate, de la plaie ou encore de la mort – parfois violente, tentent d’établir une vérité autre, invisible et, souvent, illégitime.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.